samedi 21 février 2015

La revue de Carracas - Episode 1: Le soldat Chamane de Robin HOBB



Voici le premier épisode d’une revue qui reviendra épisodiquement dans le blog Tyshalit : La revue de Carracas.
Pour ce premier opus, je vous parlerai d’une série de livre et pas d’un tome unique, Le Soldat Chamane de Robin Hobb - 8 tomes.Ce cycle se distingue de l’univers qu’elle a abordé dans
« L’assassin Royal », « les aventuriers de la mer » et « la cité des anciens ». Nous quittons donc l’époque médiévale pour rentrer dans un nouvel univers à connotation un peu plus tardive, une époque renaissance/pre-révolution industrielle.
 Ha la Gernie, royaume venant de perdre son accès à la mer suite à une défaite militaire et qui décide d’étendre ses frontières vers les plaines du centre. De par ce fait, nous nous retrouvons après un conflit qui les as opposé aux tribus nomades, vaincues grâce aux munitions en acier des Gerniens qui anéantissaient totalement la magie du peuple des plaines.
La magie, l’ultime frontière, pour paraphraser un célèbre capitaine. Elle est présente comme un fait divers, un reliquat des périodes obscures. Personne ne sait vraiment d’où elle vient mais on essaye de l’ éradiquer parce que ça fait un peu tâche dans un monde bien ordonné.
Nous retrouvons donc notre personnage, Jamère Burvelle, second fils d’un seigneur anobli grâce à ses prouesses sur le champ de bataille. De par son rôle de cadet, les Saintes-Ecritures le désignent comme digne successeur de son père. La religion est omniprésente mais en filigrane de l’histoire.

Comme à l’habitude de Robin Hobb, nous avons un monde solide ou un courant de magie passe. Pas des boules de feu ou de pluie de pierres mais quelque chose de discret, d’intuitif, de viscéral qui est nécessaire à la vie de certains comme l’est la respiration pour tous. Tout aurait été pour le mieux, si le père de Jamère pour endurcir un peu son fils n'avait décidé de l'envoyer en " stage " chez un de ses anciens ennemis, un guerrier des plaines. Il désire que ce dernier lui apprenne la dure vie de nomade mais Jamère découvrira bien plus, à son corps défendant. Il sera confronté au monde derrière la réalité, ou les rêves ne se déroulent pas que pendant le sommeil.
Ce sera sa première rencontre onirique avec les Océlions, peuple forestier mythique de l'est et farouche opposants aux nomades et à leur magie. Cette rencontre sera le levier qui déviera Jamère de sa route. Sa vie est elle encore dans ses mains ou n'est-il plus que le jouet d'une volonté bien plus puissante que la sienne ? je m’arrêterai ici pour ne pas vous dévoiler la suite.

Passons à la critique si vous le voulez bien.
Les thèmes mythiques de Robin Hobb sont présent, un personnage issu d'un milieu aisé ou la fantaisie n'a pas sa place, la lourdeur des responsabilités mais la peur d' échouer. Le terme de héros convient mal à son oeuvre, le personnage principal est perclus de doute, de désespoir, rencontre des échecs plus souvent qu'a sont tour et a complétement l’impression de ne plus maitriser sa vie.
C'est aussi ça qui le fait si attachant et nous permet lors de ses épisodes de réussite de nous identifier à lui. J'aurais un petit bémol ou une remarque à emmètre sur les Océlions, peuple central des romans. J'ai l'impression d'avoir une copie d'avatar ou du moins du mythe du "sauvage proche de la nature". Plagiat non volontaire ou panne d'originalité, vous en déciderez vous même.
Bien que le rythme soit lent, très lent, trop lent même pour certains passages, on n' a pas cette impression de stagnation et de meubler.
On suit Jamère, on est Jamère et on aimerait bien que le destin puisse lui accorder quelques unes de ses envies en contrepartie des souffrances et trahisons dont il est souvent victime. Ce n'est pas vraiment une épopée à commencer quand vous n'avez pas le moral mais un bon accompagnement de votre vie pendant quelques semaines. Et la fin vous laissera quand même un peu de baume au cœur, n’est ce pas le plus important ?

Carracas
 

3 commentaires:

  1. Superbe premiere chronique Caracas, fais en nous d autres :-)

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer